Catégories
ECONOMIE

Comment aider l’Amazonie depuis l’Europe ?

Ces entreprises européennes liées à la déforestation illégale de l'Amazonie  - Observatoire des multinationales

J’aimerais aujourd’hui réagir à un article de 365reusable.com qui prédit que l’Amazonie pourrait avoir totalement disparu d’ici une quarantaine d’années.

Un extrait de l’article, qui énumère les causes de cette mort annoncée, m’a particulièrement frappé:

« Il est intéressant de noter que 80 % de la déforestation en Amazonie est le résultat de l’élevage de vaches pour la viande et les produits laitiers, selon l’école de l’environnement de Yale, tandis que les 20 % restants peuvent être attribués à des choses comme la culture du soja (pour nourrir le bétail), l’huile de palme et le bois de construction. »

Après avoir lu ces lignes, je me suis demandé ce que vous et moi pouvions faire, depuis l’Europe, pour contribuer à sauver l’Amazonie. Et contrairement à ce qu’on pourrait croire, nous ne sommes pas totalement impuissants. Alors, comment pouvons-nous agir ? Sans être exhaustif, voici quelques pistes.

– Pour la viande : cesser de consommer du bœuf ou des produits laitiers importés de là-bas. Trouver l’origine d’un produit est très facile: les trois premiers chiffres du code-barres correspondent à sa provenance. Pour le Brésil, c’est 789.

– Malheureusement, la provenance des ingrédients ne figure pas sur les plats préparés industriels, donc dans le doute, mieux vaut éviter d’en acheter.

– Pour le soja qui sert nourrir le bétail, y compris européen : privilégier les circuits courts qui permettent de tracer l’alimentation des animaux la viande qu’on achète ou cesser d’en consommer.

– Pour l’huile de palme: mauvaise nouvelle, elle est partout. Bonne nouvelle, l’étiquette mentionne sa présence dans un produit.

– Pour le bois de construction: les labels PEFC et FSC garantissent du bois durable qui ne provient pas de la déforestation.


Voilà en résumé mots diverses clés pour lutter, à notre échelle et à distance, contre la déforestation de l’Amazonie.

Ce que nous pouvons faire, faisons-le !